Ecole Nationale Supérieure d’Art ENSAD, Nancy (FR)

À l′intérieur du campus Artem, l′ENSAD (Ecole Nationale Supérieure d’Art) regroupe des ateliers, des salles de cours, des bureaux et des salles d′exposition dans deux bâtiments distincts. Le premier, une « maison-signe », est un polyèdre au toit incliné qui s′étire vers l′arrière pour dégager au dernier niveau des volumes atypiques où se déploient les espaces de recherche. Ses façades sont revêtues d′un bardage neutre, marron foncé, en tôle d′aluminium perforée. Le parallélépipède monolithique du bâtiment Vauban, habillé de panneaux en fibrociment, abrite les ateliers, qui reçoivent la lumière du nord par de grandes baies en saillie sur la façade. Les deux bâtiments sont reliés dans le hall par une passerelle inclinée en béton et, de l′autre côté du patio, par le volume organique de l′amphithéâtre. La clarté de la conception ainsi que les matériaux choisis – bois, béton apparent, acier brut, murs blancs, rideaux de couleur – créent une atmosphère harmonieuse, propice à la création artistique.

 

Contexte urbain

Nicolas Michelin a dessiné le master plan du campus ARTEM sur le site de l’ancienne caserne Molitor. Loin d’être un espace replié sur lui-même et coupé de la cité, il forme une rangée d’objets distincts dont l’échelle respecte celle des maisons de ville typiques de Nancy, comme on en trouve de l’autre côté de la rue. Une galerie vitrée, en double hauteur, conçue par Nicolas Michelin, sert d’élément de liaison avec sa toiture en lignes brisées. Les écoles, réalisées par différentes agences d’architecture, se composent chacune de deux volumes principaux dont l’un constitue la maison-signe emblématique. Forme iconique dotée d’une toiture à deux pans comme le prévoit le master plan, ce volume met en valeur l’identité de l’ensemble ; en toute logique, il abrite les fonctions les plus publiques telles que l’accueil et l’administration. L’ENSAD obéit à ce schéma, mais nous l’avons interprété à notre façon. Contrairement aux autres maisons, plutôt colorées, nous avons choisi un revêtement anthracite qui s’harmonise bien avec les toits en ardoise des casernes voisines.

Maître d’ouvrage : Communauté Grand Nancy (Solorem)
Site : F-54000 Nancy, Place Cartier Bresson
Architecture : Dietrich | Untertrifaller avec Christian Zoméno
Chef de projet : Andreas Laimer
Concours : 2010
Construction : 2013-2016
Surface : 8 590 m²
Capacité : 320 personnes

Partenaires
structure, fluids, HQE, CFO-CFA : Artelia, Schiltigheim / acoustique : Venathec, Nancy / économie : Hubert Bessère, Toul /// photos : © Bruno Klomfar

Organisation claire

 

L’organisation spatiale claire est visible dès que vous entrez dans le bâtiment.

La « maison signe » sombre abrite des espaces d’exposition, des bureaux et une grande salle de lucarne dans le grenier.

Les ateliers et les studios sont situés dans le bâtiment inférieur Vauban.

La structure transparente, qui relie la « maison signe » et le bâtiment Vauban, contient un hall d’entrée de deux étages avec une cafétéria au-dessus.

Le bâtiment de l’auditorium, qui s’élève en partie au-dessus du sol pour permettre le passage des piétons vers le parc, marque la limite de la cour intérieure à l’arrière.

Malgré leur aspect extérieur différent, la structure portante des deux bâtiments est identique :
Un noyau de béton armé accueille tous les accès verticaux, les sanitaires et les services du bâtiment. Les plateaux de l’atelier, subdivisés par des murs en plaques de plâtre, s’étendent librement autour.

RDC
Coupe maison signe

Design diamétral

A l'extérieur, les deux bâtiments diffèrent fondamentalement l'un de l'autre : La façade et le toit de la « maison signe », plusieurs fois plié, ainsi que ceux de l’auditorium sont recouverts d’une enveloppe de tôle perforée en aluminium anodisé brun-noir. La disposition irrégulière des fenêtres résulte des différences de hauteur sous le plafond, mais suit aussi les distorsions en facettes du polyèdre pour aboutir à une forme cristalline.
L'aile rectangulaire et allongée du bâtiment Vauban présente un parement de plaques de béton renforcé de fibres de verre et la structure régulière de grandes fenêtres. Les cadres de fenêtres en saillie donnent une plasticité à la façade du bâtiment des ateliers. Des rideaux colorés génèrent des accents attrayants á l’intérieur de la cour.

Design intérieur stimulant

 

Très compacte de l’extérieur, l’ENSAD surprend par la générosité de ses espaces intérieurs. Les matériaux bruts (béton apparent, surfaces blanches, acier brut, bois, métal déployé et panneaux de laine de bois pour l’isolation phonique) et l’éclairage optimal des pièces forment un cadre harmonieux et stimulant pour le travail artistique.

Les différentes hauteurs de plancher dans les deux bâtiments assurent une expérience spatiale variée. Ils vont de trois mètres et demi à quatre mètres dans les ateliers, où le studio photo s’étend même sur deux étages, jusqu’à six mètres dans la salle de la lucarne au grenier de la « maison-signe ».

La grande salle des lucarnes dans le bâtiment Vauban
La cafétéria à l'étage supérieur de l'aile de jonction.
L'amphithéâtre dans le bâtiment de l'auditorium du côté parc
Nous n'avons délibérément pas conçu les couloirs d'accès du côté cour comme des « couloirs » ou des « tuyaux » étroits, mais comme des salons inondés de lumière qui peuvent également être adaptés à des expositions. Elles s'ouvrent par de grandes fenêtres sur la cour intérieure, dont les profonds soffites en lamellé-collé créent des espaces accueillants où l’on peut se reposer et apprécier la vue. Les rideaux de feutre épais donnent non seulement des accents colorés, mais améliorent également l'acoustique.